Arlon: Des peines de prison de 24 mois à 5 ans de prison pour trafic d’êtres humains

Arlon: Des peines de prison de 24 mois à 5 ans de prison pour trafic d’êtres humains
Photo d’illustration / Belga

Selon la cour, les suspects, d’origines soudanaise et érythréenne formaient une organisation criminelle qui recrutait ses victimes dans le parc Maximilien de manière quasi quotidienne entre l’été 2018 et le printemps 2019. Après avoir pris le train de Bruxelles-Nord jusqu’à Arlon ou Luxembourg, celles-ci étaient escortées vers les parkings autoroutiers de Dudelange et Sterpenich, entre autres. Là, les contrebandiers cachaient leurs victimes dans des camions en fonction du montant qu’elles pouvaient payer. Les migrants avec le moins de moyens étaient embarqués dans des camions qui avaient moins de chance d’atteindre le Royaume-Uni et inversement. Plusieurs suspects ont été filmés régulièrement alors qu’ils prenaient le train du soir de Bruxelles-Nord vers Arlon ou Luxembourg et dans le sens inverse pour revenir le lendemain matin.

Organisation criminelle

Selon la défense, il n’est pas question de trafic d’êtres humains ou d’organisation criminelle, car les différentes personnes impliquées ne se sont pas enrichies de quelque manière que ce soit et n’ont tiré aucun avantage matériel des faits. Les prévenus n’ont agi que par solidarité avec d’autres transmigrants en les aidants dans leur traversée. «Il n’a jamais été question de poursuivre les migrants qui font preuve de solidarité, qui s’entraident sans but lucratif, comme des passeurs de migrants», a déclaré la défense. «Pourtant, c’est exactement ce qui se passe ici.»

Deux des suspects ont été condamnés à cinq ans de prison, un troisième à quatre ans de prison et les deux derniers à 24 mois de prison, avec sursis pour l’un des deux. Un sixième homme a reçu une amende pour avoir séjourné illégalement en Belgique.

Notre sélection vidéo
Aussi en Faits divers