Namur: un an avec sursis pour coups et blessures et harcèlement sur son ex

Il a été jugé ce lundi par le tribunal correctionnel de Namur.
Il a été jugé ce lundi par le tribunal correctionnel de Namur. - V.L.

Le tribunal correctionnel de Namur a prononcé lundi une peine d’un an de prison assortie d’un sursis de cinq ans à l’encontre d’un prévenu accusé de coups et blessures sur son ex-compagne, lors de leur rupture fin 2014, ainsi que de harcèlement entre 2014 et 2016.

Par le passé, le prévenu avait reconnu avoir infligé des gifles et des coups de pied sur à son ex-compagne. Il avait par ailleurs admis certains faits de harcèlement et une entrave méchante à la circulation.

Une personne narcissique

Lors de l’audience du 26 avril, l’homme, qui se défendait seul, n’était plus aussi catégorique, cherchant à tout prix à se justifier. «De nombreuses pièces manquent dans le dossier. On ne veut pas y mettre certaines autres qui pourraient me disculper. Le dossier a été orienté par le tribunal, il est incomplet et a été manipulé, car mon ex est assistante de justice au tribunal de Namur, qui devrait d’ailleurs se dessaisir de celui-ci et le faire examiner dans une autre juridiction pour respecter mes droits», a-t-il avancé. «On me prive de mon enfant et c’est illégal. Vous la protégez», a encore lancé le prévenu au juge Henrion.

«L’expertise psychiatrique le qualifie de narcissique. Il a menacé de tuer sa compagne et lui a fait du chantage au suicide, en mettant notamment une corde autour de son cou», a précisé le substitut Mascart.

BELGA

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Namur (prov. de Namur)
Notre sélection vidéo
Aussi en Faits divers