La Wallonie envisage de créer deux parcs nationaux: les Hautes fagnes pressenties

Un biotope unique, en Fagnes.
Un biotope unique, en Fagnes. - Cl. Dael

La proposition émane de la ministre wallonne de la Nature, Céline Tellier (Ecolo), et de la ministre wallonne du Tourisme, Valérie De Bue (MR). Leur souhait est de «valoriser un patrimoine naturel d’exception à des fins de conservation de la nature et de valorisation touristique».

Les conditions et critères sur lesquels reposeront les parcs nationaux wallons ont été établis avec le conseil d’experts internationaux. Ils s’appuient notamment sur les standards appliqués au Parc national de Haute Campine, dans le Limbourg, qui est actuellement le seul «Parc national» belge.

Une note d’intention devra être déposée par les territoires candidats pour le 1er novembre au plus tard. Maximum quatre projets seront présélectionnés à l’issue de cette étape. Un délai de dix mois sera ensuite accordé aux candidats retenus pour rédiger un plan directeur et un plan opérationnel. Enfin, sur base de ces éléments, le gouvernement wallon sélectionnera les deux projets pouvant être reconnus comme «Parcs nationaux de Wallonie».

Des conditions minimales ont été définies afin d’obtenir la reconnaissance et donc de participer à l’appel à projets. Le périmètre du territoire doit englober une superficie minimale de 5.000 hectares qui pourra être divisée en plusieurs zones, dont au moins une zone principale de 2.500 hectares. L’absence de nuisance ou pollutions majeures incompatibles avec le projet sera également évaluée. Par ailleurs, 75% de la surface incluse dans le périmètre doit être reconnue d’intérêt biologique ou paysager et 40% doit bénéficier d’un statut de protection. L’ensemble devra contenir 90% minimum de zones «naturelles» et maximum 10% d’enclaves (routes, constructions...). En outre, les projets doivent aussi s’appuyer sur une coalition territoriale et les partenaires s’engager à en financer minimum 20%.

Plusieurs candidats sont déjà pressentis. Il s’agit notamment des Hautes Fagnes, de la vallée de la Semois et du projet Nassonia, à Saint-Hubert, Nassogne et Tenneville.

«Je me réjouis du lancement de ce projet innovant, qui suscite déjà un fort enthousiasme sur le terrain», a déclaré jeudi Céline Tellier. «Créer deux parcs nationaux permettra d’offrir à la fois une plus grande protection de nos espaces naturels et une valorisation de ceux-ci, au bénéfice de nos concitoyens, qui ont largement redécouvert notre belle région ces derniers mois.»

«La dimension nature est très importante pour notre tourisme et pour l’identité de notre territoire», a ajouté Valérie De Bue. «Il est fondamental de soutenir un tourisme respectueux et durable. Je porterai dans les futurs parcs nationaux des investissements qui garantissent la protection de la nature, tout en développant une expérience touristique authentique. Ces investissements participeront à l’essor de notre économie.»

Notre sélection vidéo
Aussi en VERVIERS ET SA REGION