À Dinant, Infrabel bosse dur pour rouvrir la ligne vers Beauraing le 16 août

Vidéo
Gilles Gruselin, ingénieur chez Infrabel.
Gilles Gruselin, ingénieur chez Infrabel. - C.H.

Des voitures emportées par les eaux et entassées dans un passage à niveau de Dinant : c’était une des images les plus spectaculaires des inondations du 24 juillet. Depuis, Infrabel, le gestionnaire du rail belge, travaille activement à réparer le passage à niveau en question. Et pas seulement lui : en tout, 700 mètres de voies ont été mis hors-service près de la gare dinantaise.

Mais les travaux avancent vite. « Très vite, même, vu tout ce qu’il y a à faire ! », réagit Gilles Gruselin, ingénieur chez Infrabel. « Mais on peut travailler sans gérer le passage des trains, car la ligne est fermée. D’habitude, ça n’arrive jamais. »

Le passage à niveau a été très endommagé par les inondations.
Le passage à niveau a été très endommagé par les inondations. - C.H.

S’il y a tant à faire, c’est parce que le passage à niveau n’a pas été abîmé ‘que’ par l’entassement des voitures. « Il y a eu des dégâts aux infrastructures, bien sûr. Mais l’eau a aussi recouvert les voies », détaille Frédéric Sacré, porte-parole d’Infrabel. « Et quand elle s’infiltre en profondeur dans le ballast (le lit de pierres sur lequel les rails reposent, ndlr), c’est potentiellement dangereux. Des poches de vide peuvent se former quand l’eau se retire. » Et ces poches pourraient s’affaisser au passage des trains, ce qui mettrait en danger la stabilité des voies ferrées.

Une priorité pour le fret

Sur les 700 mètres concernés, 400 nécessitent des réparations assez lourdes. Il faut enlever les rails, les traverses et le ballast. Le lit de pierres est remis à neuf et à sec, avant que les autres éléments soient reposés dessus. « Rien que sur ces 400 mètres, il a déjà fallu enlever 1.750 tonnes de ballast ! », souligne Frédéric Sacré.

Il y avait 700 mètres de voies à réparer, dont 400m en profondeur.
Il y avait 700 mètres de voies à réparer, dont 400m en profondeur. - C.H.

Les 300 derniers mètres concernés par les travaux ont moins souffert. L’intervention y est donc plus légère, même s’il faut gratter la couche supérieure pour la remplacer, trop de boue s’étant infiltré. Pour l’instant, les travaux s’achèvent pour une voie. Les ouvriers s’attaqueront bientôt à la seconde.

« Notre priorité absolue, ici, c’est de remettre la ligne en service pour le 16 août. » Dinant sera alors à nouveau reliée à Beauraing. Une bonne nouvelle pour les navetteurs mais surtout un soulagement pour le transport de marchandise. La ligne Dinant-Beauraing se trouve en effet sur le trajet principal du fret entre le port d’Anvers et le Sud de l’Europe. Depuis ce lundi, les trains de marchandises peuvent être déviés sur la ligne vers Libramont, qui a dû être réparée aussi. Mais ce n’est pas une solution à long terme.

Christophe Halbardier

La ligne Gembloux-Ottignies devrait rouvrir le 30 août

Des morceaux de talus à réparer.
Des morceaux de talus à réparer. - F.S.

En province de Namur, une autre ligne importante est fermée depuis les inondations. Il s’agit de la ligne Gembloux-Ottignies, une partie de l’axe Bruxelles-Namur-Luxembourg, un des plus fréquentés du pays.

Près de Gembloux, les dégâts aussi sont importants. Des talus sur lesquels passent les voies ferrées se sont effondrés par endroits. « Les tronçons de talus à stabiliser sont situés sur le territoire de Mont-Saint-Guibert », précise le porte-parole d’Infrabel. Mis bout à bout, ces cinq tronçons représentent 350m de talus à sécuriser.

Mais la hauteur des endroits concernés varie. Cela va de 7 à… 20 mètres de hauteur. Il faut donc amener des pierres de la région de Givet. « L’enrochement nécessaire est d’environ 5.000 tonnes », ajoute Frédéric Sacré.

Un petit tunnel sert à acheminer le matériel à certains endroits.

Et les conditions de travail sont compliquées, les voies n’étant pas toujours très accessibles. Pour certains tronçons, le matériel doit ainsi être amené via un petit tunnel passant sous la voie ferrée et créé au départ pour permettre le passage du ruisseau de l’Orne.

Malgré ces difficultés, Infrabel vise une réouverture de la ligne pour le 30 août, soit pour la rentrée scolaire. Une vraie course contre la montre.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Dinant (prov. de Namur)Beauraing (prov. de Namur)
Aussi en PROVINCE DE NAMUR