Evasion de la prison de Gand: le détenu possède un passé violent

Mouslim ABOUBAKAROV.
Mouslim ABOUBAKAROV. - Police Fédérale

Mouslim Aboubakarov avait été emprisonné en 2012 pour une série d’infractions, dont l’usage de faux et d’escroquerie mais surtout pour vols avec violence et prise d’otages impliquant des actes de torture. Il lui restait encore plus de trois ans de peine à purger.

C’est jeudi matin qu’Aboubakarov, âgé de 40 ans, est parvenu à s’échapper de l’établissement pénitentiaire gantois en escaladant le mur de la prison grâce à un chariot élévateur. Ce que les services de police avaient dans un premier temps décrit comme une «évasion présumée» s’est confirmée être une «évasion réussie» un peu plus tard.

Malgré l’importante mobilisation policière mise en place - des dizaines d’agents, des chiens pisteurs et un hélicoptère ont été déployés - les opérations de recherche ont fait chou blanc. Mercredi soir, la police fédérale a diffusé un avis de recherche.

L’homme, qui parle couramment le néerlandais, mesure environ 1,80 mètre et est de corpulence athlétique. Il a les cheveux courts et une barbe moyenne sombre. ll est possible qu’il ne porte pas ses lunettes de vue. Lors de son évasion, il portait un t-shirt noir, un pantalon gris clair et des chaussures noires, selon la description diffusée.

Les circonstances de l’évasion restent floues et l’enquête n’a pas permis de déterminer si l’évadé a reçu une aide de l’extérieur et s’il possède une arme ou un véhicule. Dans l’intérêt des recherches, aucune information supplémentaire sur l’enquête en cours ne sera donnée, mais le parquet a assuré jeudi que la police continue de déployer tous les moyens pour retrouver le prisonnier évadé.

Depuis jeudi, Mouslim Aboubakarov, fait l’objet d’un signalement international. Un mandat d’arrêt européen a été émis.

Toute personne qui verrait le fugitif doit éviter de l’approcher et contacter la police fédérale au 0800 30 300. Le fuyard ayant peut-être déjà franchi les frontières, toute personne vivant à l’étranger qui souhaiterait transmettre un renseignement aux enquêteurs peut le faire en composant le numéro international 0032 2 554 44 88.

Notre sélection vidéo
Aussi en Faits divers