Le bilan des inondations à Liège plus d’un mois après les inondations

Illustration
Illustration - Photonews

La ville de Liège dénombre ainsi 13.780 personnes sinistrées et deux décès. Par ailleurs, 17 bâtiments publics ont été touchés, dont 11 écoles, 2 crèches, 2 mairies et commissariats de quartier et une antenne sociale du CPAS. Deux bâtiments ont aussi été détruits. Le Palais des Congrès est, lui, impacté pour des centaines de milliers d’euros. La rentrée scolaire se déroulera toutefois normalement, a rassuré le maïeur.

Même si les rues ont retrouvé un meilleur aspect et que le nettoyage des espaces publics a été réalisé, de nombreux déchets trônent encore devant les maisons et les stigmates sont encore présentes. Au total, plus de 40.000 m3 de détritus ont été évacués, 35 kilomètres de voiries ont été abîmées, dont 7 ont été fortement dégradées. En certains endroits, comme près de la maison dite de l’Eclusier, des berges se sont affaissées. Enfin, plus de 2.500 véhicules ont été perdus.

L’urgence est désormais de rétablir le gaz dans les habitations afin de permettre aux habitants de revivre dans des conditions décentes. Si l’électricité est rétablie à peu près partout, la remise en état du réseau de gaz est plus complexe. Ce dernier fait en effet toujours défaut dans les quartiers de Chênée et d’Angleur. Pour ces deux zones, cela représente 1.240 et 2.132 compteurs. Il est nécessaire aussi de faire sécher les bâtiments touchés par les flots.

C’est pourquoi la Ville de Liège a indiqué qu’elle allait acquérir 500 déshumidificateurs et qu’elle envisageait des achats groupés pour le rééquipement, comme des poêles à pellets par exemple et le recours à la Ressourcerie, compte-tenu de l’arrivée de l’automne.

De nombreuses questions se posent désormais pour les logements. Depuis le 15 juillet, la Ville de Liège a procédé à la réquisition de chambres pour loger les personnes qui n’avaient d’autres possibilités d’hébergement. Actuellement, il y a 126 personnes (89 adultes et 37 enfants) qui sont logées dans les hôtels de la région, mais, avec la reprise des activités, les autorités ont dû s’adapter. Une solution a été trouvée avec l’aide de la Croix-Rouge, qui a loué le bâtiment de l’ancien hôpital de l’Espérance à Montegnée pour y organiser l’hébergement des personnes sinistrées, sans autres solutions de relogement : 100 chambres seront disponibles à partir du 1er septembre et 100 chambres supplémentaires à partir du 1er octobre.

L’activité des centres d’accueil, qui fournit de l’aide d’urgence, est par ailleurs maintenue au moins jusqu’au 15 septembre. Six centres ont été répartis près des zones sinistrées : deux à Angleur, un à Kinkempois et trois à Chênée. 60 agents y organisent accueil et gestion des lieux chaque jour, avec repas chauds, douches, lessives, distribution des dons. Actuellement, ce sont 1.950 repas qui sont servis à midi et 3.100 le soir, auxquels il faut ajouter un millier de repas réalisés et distribués par les bénévoles de « Liège-Atlas » et qui seront désormais fournis par la Défense.

Notre sélection vidéo
Aussi en REGION LIEGEOISE