«La stratégie de communication de Zemmour est extrêmement mauvaise»

Décodage
«La stratégie de communication de Zemmour est extrêmement mauvaise»
Sudinfo & TF1

Dans ce contexte, il s’attendait sûrement à devoir répondre sur le fond de son programme et sur sa vision présidentielle. Mais quelques minutes après avoir quitté le plateau, l’ancien essayiste a rejoint ses équipes à son QG. Devant ses partisans, il a raillé « l’interview d’un procureur ». « TF1 ne m’avait pas prévenu de ça, il m’avait dit autre chose. Si vous voyez toutes les interviews des autres candidats, vous verrez la différence, la différence de ton, de questions », tance d’abord Éric Zemmour sur un ton très vif.

Dans son interview, Éric Zemmour a principalement été interrogé sur ses sorties polémiques, sa vision des droits des femmes ou encore que sur son doigt d’honneur la semaine dernière à Marseille. Alors que l’entretien touchait à sa fin, le candidat, encore à l’antenne, a invectivé le journaliste de ne pas l’avoir interrogé sur son programme : « Je le regrette. C’était le moment ou jamais ». Lorsque Gilles Bouleau finit par rétorquer que ses questions étaient liées aux axes programmatiques du héraut de la droite nationaliste, celui-ci lui réplique : « Il me semble que non… » Selon un photographe de l’AFP, Éric Zemmour s’était ensuite emporté contre le présentateur à la sortie du plateau.

Pas de faute journalistique

Le journaliste Gilles Bouleau n’a-t-il pas fait le job ? Benoît Grevisse, professeur à l’école de journalisme de l’UCLouvain est convaincu du contraire : « Renversons plutôt les propos. Si Gilles Bouleau n’avait pas posé ces questions, on aurait pu le lui reprocher. Alors oui, il a bien fait le job », nous dit-il. « Le journaliste a employé un ton courtois et correct, sans agressivité. Il a parlé de l’actualité, de ses propos, de ses condamnations. Ne pas poser ces questions aurait été une faute ».

Pour notre professionnel, c’est surtout, « la stratégie de communication de Zemmour qui est extrêmement mauvaise. Il n’a pas compris qu’il devait changer de grammaire, qu’il n’est plus journaliste. Il est constamment sur la défensive ». Et notre spécialiste de conclure. Après sa vidéo où il se présente tel un de Gaulle, « c’est encore une maladresse de sa part au JT ».

Aussi en Monde