Diana Hanze condamnée à cinq ans de prison avec sursis probatoire partiel

Diana Hanze est condamnée à cinq ans de prison avec sursis probatoire partiel pour le surplus de la détentions préventive.
Diana Hanze est condamnée à cinq ans de prison avec sursis probatoire partiel pour le surplus de la détentions préventive. - John Thys

Cet homme âgé de 46 ans avait été poussé et avait fait une chute depuis la fenêtre du deuxième étage d’un immeuble de Verviers.

Les faits s’étaient déroulés le 5 avril 2017 vers 15 h 30. Mohamed El Atmani, en état de séjour illégal, avait fait une chute depuis la fenêtre du deuxième étage d’un immeuble situé rue des Raines. L’enquête avait déterminé qu’il avait été poussé avant cette chute. Il était décédé de ses blessures après son hospitalisation.

Diana Hanze avait été retrouvée dans la pièce de l’appartement duquel Mohamed El Atmani était tombé par la fenêtre. Elle avait d’abord affirmé qu’elle dormait et qu’elle n’était pas liée à la scène fatale.

Quelques semaines plus tard, elle avait fait des aveux, s’accusant d’être responsable de la chute de Mohamed El Atmani. Elle affirmait que celui-ci lui avait fait une proposition à caractère sexuel qu’elle avait refusée. Elle avait ensuite repoussé Mohamed El Atmani et, disait-elle, il était passé par la fenêtre, sans qu’elle souhaite sa mort. Mais trois jours après ses aveux, elle était revenue sur ses déclarations, affirmant qu’elle les avait formulés dans le but d’être emprisonnée et de trouver une issue à ses problèmes de toxicomanie.

Le jury avait déclaré Diana Hanze coupable de coups et blessures ayant entraîné la mort de Mohamed El Atmani sans intention de la donner. Dans la motivation de leur décision, les jurés avaient retenu une insuffisance d’éléments pour démontrer une intention homicide. Ils avaient aussi considéré que les aveux de Diana Hanze étaient corroborés par les éléments du dossier, dont l’analyse biomécanique d’un expert qui établissait que la chute avait été provoquée par l’intervention d’un tiers.

Après le verdict de culpabilité, l’avocat général Pascale Schils et les avocats de la défense, Me Simonis et Me Reynders, avaient sollicité lors d’un dernier débat, une peine de prison assortie d’un sursis et de conditions probatoires.

Diana Hanze a été condamnée à une peine de cinq ans de prison avec sursis probatoire pour le surplus de la détention préventive. Dans la motivation de leur arrêt, les jurés et la cour ont tenu compte de circonstances atténuantes, liées à la toxicomanie de l’accusé et de son parcours de vie, et de son désir de sortir de la toxicomanie.

Notre sélection vidéo
Aussi en Faits divers