Deux huis clos pour le Standard, qui «regrette» le manque de soutien de la Fédération

Photonews
Photonews

Le Standard a réagi ce mercredi à la sanction de deux matches à huis clos que le Conseil Disciplinaire de l’Union belge de football lui a infligée suite aux incidents lors du choc wallon contre Charleroi le 5 décembre 2021.

Le club liégeois a annoncé qu’il appliquera cette décision, sans pour autant être en accord avec elle. « Le Standard de Liège regrette de n’avoir pas été soutenu par la Fédération qui préfère fermer l’entièreté du stade et ainsi sanctionner le club mais aussi l’ensemble de ses supporters, plutôt que de cibler au mieux les fauteurs de troubles », peut-on lire dans un communiqué publié par le club. « Outre d’être juridiquement contestable, sanctionner une grande majorité de personnes totalement tierce aux événements ne peut résoudre efficacement l’insécurité présente dernièrement dans la plupart des stades du pays. »

Le communiqué dans son entièreté :

À la suite des divers incidents survenus lors de la rencontre Standard de Liège – Charleroi du 5 décembre 2021, le Conseil disciplinaire de la Fédération belge de football a sanctionné le Standard de Liège de deux matches à huis clos total. Ces deux matches à huis clos devront être organisés dès que les mesures gouvernementales prises face à la crise sanitaire permettront au club d’accueillir du public.

Les actes de violence dans un stade de football sont inacceptables, et seront toujours fermement condamnés par le Standard de Liège. Des mesures préventives avaient d’ailleurs été prises par le club au lendemain de la rencontre visant à fermer jusqu’à nouvel ordre plusieurs blocs de tribune à la base de l’insécurité. Ces mesures demeurent par ailleurs d’actualité.

À cet égard, le Standard de Liège regrette de n’avoir pas été soutenu par la Fédération qui préfère fermer l’entièreté du stade et ainsi sanctionner le club mais aussi l’ensemble de ses supporters, plutôt que de cibler au mieux les fauteurs de troubles. Outre d’être juridiquement contestable, sanctionner une grande majorité de personnes totalement tierce aux événements ne peut résoudre efficacement l’insécurité présente dernièrement dans la plupart des stades du pays.

Le match ayant été arrêté, la seule possibilité prévue par le règlement de la Fédération est un recours contre cette dernière devant la Cour belge d’arbitrage pour le sport. Au vu du contexte, le Standard de Liège estime qu’une telle procédure, parfois lourde, n’est ici certainement pas opportune. Ce n’est pas en étant en conflit avec la Fédération que cette problématique pourra être réglée, mais bien en ouvrant une concertation avec l’ensemble des clubs et des instances du football.

C’est donc sans aucune reconnaissance préjudiciable que le Standard de Liège appliquera la décision prise.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Charleroi (Hainaut)

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Tout le foot amateur et chez les jeunes

Aussi en Standard