Deux ans de prison pour le harcèlement de son ex, d’une policière et d’un juge

Condamné pour harcèlement.
Condamné pour harcèlement. - Illustration/Le Soir

L’homme a commis les infractions à peine un mois après avoir été reconnu coupable d’avoir agressé son ex-conjointe.

En novembre 2020, le quadragénaire avait été condamné par le tribunal correctionnel de Bruxelles à une peine de prison avec sursis probatoire, mais un mois plus tard, en décembre 2020, son assistante de justice a reçu des appels téléphoniques, des e-mails et des messages dans lesquels l’homme se comportait avec colère et agressivité. Une inspectrice de police de la zone Bruxelles Ouest (Jette/Ganshoren/Koekelberg/Molenbeek-Saint-Jean/Berchem-Sainte-Agathe) a également reçu de tels e-mails et messages de la part de l’individu, et a été accusée de corruption par celui-ci.

L’homme a également recommencé à harceler et à menacer son ex-compagne et n’a rien trouvé de mieux à faire que d’envoyer des courriels menaçants au juge d’instruction.

«Mon client n’est pas un méchant, mais s’il a bu, il n’arrive plus à se contrôler», a plaidé l’avocat du quadragénaire. «Il n’a pas de troubles mentaux, mais a besoin d’un guidage spécifique. Il est actuellement suivi par un psychiatre et il a également renoncé à l’alcool. L’envoyer en prison n’est pas une solution.»

Le tribunal a entendu ces arguments mais a condamné l’homme à deux ans de prison tout en assortissant cette peine d’un sursis probatoire. Le quadragénaire devra notamment suivre une guidance psychologique.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en Faits divers