Collision mortelle à Loyers: des peines de cinq et trois ans avec sursis requises

L’accident avait eu lieu en septembre 2019.
L’accident avait eu lieu en septembre 2019. - Sudinfo/PHOTO PRETEXTE

Le parquet de Namur a requis ce jeudi, devant le tribunal correctionnel de Namur, des peines de cinq et trois ans assorties de sursis probatoires à l’encontre de deux conducteurs impliqués dans une collision mortelle qualifiée d’entrave méchante à la circulation. La défense demande la requalification en coups et blessures involontaires dans le cadre d’un accident de la route.

Les faits ont eu lieu le 22 septembre 2019 vers 11h dans le village de Loyers. La voiture occupée par deux octogénaires, qui venaient de quitter leur domicile, a d’abord été frôlée par un premier conducteur. Elle a ensuite été percutée par un deuxième usager de la route. La passagère est décédée et son mari a été blessé. Trois cyclistes qui circulaient sur la même route et ont été frôlés par le passage des deux véhicules ont déclaré que ceux-ci faisaient la course.

«Ils avaient fait la fête la veille»

Me Gillet, avocat de la famille endeuillée et du mari de la victime, réclame un préjudice moral de 45.000 euros pour le décès de la victime et une somme provisionnelle de 15.000 euros sur un dommage estimé à 75.000 euros pour les blessures dont son mari a souffert. «Ils avaient fait la fête la veille. Celui qui ouvrait la marche avait encore 2,11 g d’alcool dans le sang et avait consommé de la cocaïne la veille. Celui qui a percuté mes clients avait 0,73 g. L’auteur de l’accident avait confié à son ami qu’il n’était pas en état de prendre le volant. L’autre l’y a incité en lui promettant qu’ils rouleraient doucement. Cela n’a pas été le cas.»

Le substitut Gaublomme estime, pour sa part, l’entrave méchante établie. «Avant la collision, des cyclistes ont été mis en danger. D’après l’expert, une seconde et demie séparait les conducteurs, c’était inconscient. Ce n’était pas un accident, mais bien un comportement dangereux qui a entraîné un accident.»

Le magistrat namurois requiert une peine de cinq ans assortie d’un sursis probatoire de cinq ans pour l’auteur de la collision. Une peine de trois ans assortie d’un sursis probatoire de cinq ans est réclamée pour le second, qui avait déjà bénéficié d’un sursis probatoire après une condamnation pour ivresse au volant.

La défense plaide l’acquittement pour la prévention d’entrave méchante à la circulation et demande qu’elle soit requalifiée en coups et blessures involontaires dans le cadre d’un accident de voiture. Une suspension du prononcé est sollicitée.

Le jugement sera rendu le 30 juin.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Namur (prov. de Namur)Loyers (c.f. Namur)

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Aussi en Faits divers