Le SPF Economie lance une enquête auprès des entreprises sur son plan d’urgence Gaz

Le SPF Economie lance une enquête auprès des entreprises sur son plan d’urgence Gaz

L’initiative vise à limiter au maximum l’impact d’un tel plan s’il devait être activé.

«On espère évidemment ne jamais devoir activer ce plan mais nous ne laissons rien au hasard», a souligné la ministre.

Pour le moment, malgré les mesures de rétorsion prises par la société russe Gazprom à l’égard de pays européens, il n’y a pas d’indication que l’approvisionnement de la Belgique en gaz naturel soit menacé, le pays étant peu dépendant de la Russie et disposant d’un terminal gazier important à Zeebrugge.

Contrairement au plan de délestage qui existe pour l’électricité, le plan gaz naturel ne prévoit pas de coupure de la fourniture, une mesure qui comporterait un risque sérieux pour des entreprises utilisant certaines matières dangereuses, mais comporte trois phases de diminution de la consommation de gaz. L’enquête doit aider à définir quel serait leur niveau minimum de gaz, leur capacité de réaction et les possibilités dont elles disposent pour sécuriser leur personnel et leurs activités.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Zeebrugge (c.f. Bruges)

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en Belgique