Fabrice Casse souffre d’un trouble de la personnalité de type borderline

Fabrice Casse souffre d’un trouble de la personnalité de type borderline selon experts.
Fabrice Casse souffre d’un trouble de la personnalité de type borderline selon experts.

Il ne souffre cependant pas d’un trouble mental qui atténuerait sa responsabilité.

Les faits s’étaient déroulés le 26 août 2020 à Spa. Françoise Donckers, âgée de 40 ans, avait été tuée de plusieurs coups de couteau. Sa fille âgée de 12 ans, Mya Huberty, avait également été tuée de plusieurs coups de couteau.

Deux experts, un psychiatre et un psychologue, ont procédé à un examen de l’accusé pour déterminer s’il rentre dans de cadre de la loi de défense sociale, s’il souffre d’un trouble mental ou d’une maladie mentale et s’il présente un risque de récidive. Ces examens ont démontré que Fabrice Casse a souffert d’une enfance avec une mère qu’il qualifie d’absente. Il s’est senti seul et rejeté par sa mère, mais il réfute toute forme de maltraitance. Un trouble de l’attachement caractérise sa relation à l’autre. Son parcours scolaire n’a pas été évident, car il était introverti, rétracté et a souffert de harcèlement durant sa scolarité.

Fabrice Casse était un élève calme, moyen et taiseux. Selon l’expert psychiatre Samuël Leistedt, ses capacités intellectuelles se situent dans la norme inférieure de la population. Son parcours professionnel a été court et se résume à un seul poste d’employé dans une administration.

Attirer l’attention

L’expert psychologue Donatien Macquet évoque une personnalité qui ne présente pas de retard mental mais un retard des apprentissages. Fabrice Casse ne souffre pas de retard mental ou de trouble mental. Il présente un trouble de l’adaptation, avec des difficultés à s’adapter à des situations ou des parcours de vie. Il se situe aussi dans un registre suicidaire, avec des tentatives d’attirer l’attention sur lui.

Selon les experts, Fabrice Casse présente un trouble de la personnalité de type borderline (état limite), qui n’est cependant pas de nature à altérer ses capacités de discernement. Il montre aussi une instabilité au niveau de relations à l’autre, au niveau de l’image de sa personne et de ses émotions. Il peut être impulsif, réactif mais peut faire des efforts importants pour éviter les situations d’abandon et les sources de stress.

Rancunier et colérique

Les experts ont relevé que l’accusé est très sensible au manque d’égard et au rejet. Il a tendance à être rancunier, avec de la colère qui peut émerger et un manque de confiance en lui. Fabrice Casse est aussi pessimiste, pas très curieux au niveau intellectuel. Il est égocentrique dans son mode de fonctionnement et s’accroche à des choses familières.

Les experts en concluent que l’accusé présente une organisation pathologique de sa personne et qu’il répond à une structure de type borderline. Il présente un trouble de l’attachement, mais il ne rentre pas dans le cadre d’une maladie mentale. Aucun élément de l’expertise ne permet de déterminer une atténuation de sa responsabilité. Aucun état de dangerosité n’est relevé en rapport à un trouble mental, puisque celui-ci est inexistant. Une prise en charge psychothérapeutique est nécessaire pour réduire les dysfonctionnements liés à son trouble de la personnalité.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Liège (prov. de Liège)Spa (prov. de Liège)

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en Faits divers