Françoise et Mya décrites comme «adorables» par des témoins aux assises

Françoise Donckers et sa fille, Mya.
Françoise Donckers et sa fille, Mya. - D.R.

Les faits reprochés à l’accusé s’étaient déroulés le 26 août 2020 à Spa. Françoise Donckers, âgée de 40 ans, avait été tuée de plusieurs coups de couteau. Sa fille âgée de 12 ans, Mya Huberty, avait également été tuée de plusieurs coups de couteau.

Plusieurs témoins ont évoqué la personnalité de Françoise Donckers et de sa fille Mya Huberty. La mère de Françoise Donckers a exposé avoir éduqué ses enfants seule. Françoise Donckers était souvent prise en charge par ses grands-parents. Plus jeune, elle était souvent malmenée par ses amis à l’école, car elle avait du mal à se défendre. C’est sa propre sœur qui intervenait alors pour apaiser les situations conflictuelles.

La mère de Françoise Donckers a décrit sa fille comme une personne extravertie, joviale, qui allait facilement vers les autres et qui faisait preuve d’empathie. Elle était souriante, ouverte à la vie et en appréciait les côtés positifs. Elle avait bien profité de son adolescence dans les endroits festifs du centre de Liège. Elle avait ensuite occupé un kot à Angleur et connu quelques relations amoureuses avec des hommes qui n’ont pas été très corrects avec elle.

Françoise Donckers avait ensuite fait la connaissance de l’homme qui est devenu le père de Mya. Puis, elle avait fait la connaissance de Fabrice Casse, qui avait peu de contacts avec sa belle-famille et affichait un comportement négatif.

Selon la mère de Françoise Donckers, sa fille Mya Huberty était une bonne vivante. Elle était toujours souriante et aimait se rendre sur le marché de la Batte à Liège, où elle se liait facilement d’amitié avec les commerçants. Elle aimait aussi se rendre sur les foires. «Elle avait vraiment la joie de vivre, comme sa mère», a indiqué le témoin.

Mya avait un profil Messenger mais, selon sa grand-mère, elle ne l’utilisait pas sans surveillance. Elle avait aussi une passion pour les dinosaures et les reproductions de dinosaures. Elle en possédait beaucoup chez elle.

«Mya et Françoise étaient des personnes adorables, remplies d’empathie. Elles allaient volontiers prêter assistance aux personnes en difficulté», a encore ajouté la mère de Françoise Donckers.

Le témoin a encore précisé qu’elle ne parvient pas à faire son deuil depuis les faits, car les responsables du funérarium ont refusé de lui laisser voir les corps de deux victimes, en raison de leur état. «Cette dame aurait souhaité se recueillir devant les corps, c’est pourquoi le travail de deuil lui est impossible», a précisé son avocate.

Les derniers témoins seront entendus jeudi matin.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Liège (prov. de Liège)Angleur (c.f. Liège)Spa (prov. de Liège)

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en Faits divers