Le PTB lance une pétition contre la réforme de la fiscalité automobile en Wallonie

Le PTB lance une pétition contre la réforme de la fiscalité automobile en Wallonie
Belga Image

Un projet « antisocial et inefficace » qui « aura pour conséquence d’alourdir la taxe de mise en circulation et la taxe de circulation pour beaucoup de travailleuses et de travailleurs », estime le parti d’extrême gauche.

« Pour répondre au défi environnemental, le gouvernement ferait mieux d’imposer des normes directement à l’industrie automobile et d’investir enfin sérieusement dans les transports en commun. S’en prendre au portefeuille des Wallons qui n’ont pas beaucoup d’alternatives n’est pas une solution acceptable », ajoute Germain Mugemangango, le chef de groupe du PTB au parlement wallon.

La pétition a pour but de « faire reculer le gouvernement sur cette réforme qui n’arrangera rien et frappera une nouvelle fois le pouvoir d’achat des citoyens », conclut-il.

Fin juin, la majorité wallonne PS-MR-Ecolo s’est accordée sur les lignes directrices de cette réforme qui entrera progressivement en vigueur à partir du 1er septembre 2023 jusqu’en 2026. « Il y aura de nombreuses diminutions, mais aussi des augmentations, en fonction de l’impact du véhicule choisi sur l’infrastructure (dégradations des routes et occupation de l’espace public), l’environnement (impact sur la santé et sur le climat) ou encore les risques en cas d’accident (véhicules plus lourds et plus puissants impliqués dans des accidents plus graves) », avait alors expliqué le ministre Henry.

Face aux critiques, y compris dans les rangs de la majorité, ce dernier avait ensuite assuré que le texte sera « affiné au fil des étapes » qui l’attendent encore, et notamment de la large consultation prévue avec différents acteurs du secteur. « Ce qui compte aujourd’hui, ce ne sont pas les montants à l’euro près ; c’est comprendre la réforme et les principes mis en œuvre. Les différentes étapes qui attendent le texte vont permettre que tout soit affiné et que les calculs budgétaires soient effectués », avait expliqué le ministre devant les parlementaires régionaux.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en Politique