Deux ans avec sursis probatoire pour avoir porté des coups sur sa mère à Rochefort

Le jugement a été prononcé ce mercredi matin à Dinant.
Le jugement a été prononcé ce mercredi matin à Dinant. - JLP

Une peine de deux ans de prison avec sursis probatoire pour ce qui excède la détention préventive a été prononcée, mercredi matin par le tribunal correctionnel de Dinant, à l’encontre d’un homme de 29 ans poursuivi pour des coups portés à sa mère, le 7 avril 2022, à Rochefort. La victime est considérée comme une personne vulnérable en raison de son état de santé.

Sous l’influence de l’alcool, le prévenu a saisi sa mère par la gorge et les bras et l’a violemment poussée contre un mur. Souffrant d’une addiction à l’alcool depuis qu’il a 15 ans, il s’en était déjà pris à elle avant ces faits.

Un contexte d’alcool

Le parquet de Namur a précisé que pour des faits de violence dans un contexte d’alcool, le prévenu avait déjà bénéficié de mesures probatoires qui n’ont pas été respectées. « Il est resté deux ans dans une communauté et buvait en cachette. Il a également été expulsé d’une maison d’accueil à Bouvignes (Dinant), et lorsqu’il retourne chez sa mère, il retrouve ses vieux démons. »

Le ministère public avait requis une peine minimale de 37 mois, afin que le prévenu soit mis à disposition du tribunal de l’application des peines (TAP). Mais il n’a pas été suivi dans son raisonnement.

La défense, elle, plaidait un sursis probatoire avec, comme condition notamment, une hospitalisation dans une unité spécialisée afin d’aider le jeune homme à sortir de sa dépendance.

Belga

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Aussi en Faits divers