Vuelta: Evenepoel ne songe pas au maillot de leader après le chrono par équipe

Photonews
Photonews

Remco Evenepoel ne prévoit pas de franchir la ligne en premier à l’occasion du contre-la-montre par équipe, qui marquera ce vendredi à Utrecht, le lancement du Tour d’Espagne. « La discussion tactique doit encore avoir lieu ce soir », a indiqué le leader de la formation Quick-Step Alpha Vinyl à la Vuelta, au cours d’un moment pour la presse jeudi, en compagnie de son coéquipier Julian Alaphilippe. « Mais cela ne vous surprendra pas si je vous dis que ce ne sera pas moi qui croiserai la ligne en premier. »

Les deux hommes ont prudemment affiché leurs ambitions. Leur leitmotiv semble être : « no stress ». « Nous verrons où j’en suis après le contre-la-montre à Alicante, l’idée est de ne pas perdre de temps lors des neuf premiers jours et de préférence gagner une étape avec l’équipe », a déclaré le jeune coureur belge de 22 ans. « Nous voulons idéalement perdre le moins de temps possible dans le contre-la-montre par équipe, gagner serait l’idéal et permettrait déjà d’évacuer pas mal de stress. »

Pas de stress car certains points d’interrogation demeurent. Remco Evenepoel parviendra-t-il à briller lors d’une épreuve de trois semaines ? « Je ne sais pas », a-t-il à nouveau répondu, espérant « le plus rapidement possible changer le point d’interrogation en point d’exclamation ». « Ce sont 21 étapes, 21 jours de concentration, être chaque jour sur ses gardes. Nous débutons ici avec deux objectifs : mon classement général mais aussi des victoires d’étapes, avec mes coéquipiers ou moi-même. Ces deux objectifs peuvent être combinés. Nous avons pour cela une équipe forte et moi j’espère prester chaque jour à un haut niveau. S’il y a un moins bon jour, alors nous devons être prêts avec toute l’équipe pour y faire face. »

À la différence du Giro de l’année passée, qui était son premier grand tour, Remco Evenepoel a connu une bien meilleure préparation, avec une récente et convaincante victoire à la Clasica San Sebastian le 30 juillet dernier. « J’ai maintenant une base très large, j’ai connu un bon début de saison et j’ai fait le plein de confiance. Nous avons d’abord travaillé les ascensions plus courtes, comme à Liège et au Pays basque. Ces dernières semaines, il y a eu des ascensions plus longues, avec aussi des passages raides. J’espère que le gros travail accompli portera ses fruits. C’est chouette bien sûr que les bookmakers me voient juste après Roglic, mais je ne m’occupe pas de cela. Je regarde pour le moment une série sur Netflix qui parle des bookmakers et on voit qu’il y a aussi beaucoup de triche là-dedans, donc ça me fait rigoler ».

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Liège (prov. de Liège)

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Aussi en Cyclisme